La dépendance affective

Ressentez-vous que votre bonheur et votre bien-être émotif dépendent des autres ? Les autres qui peuvent être votre partenaire, des membres de votre famille, vos amis, etc…

Eh bien, si oui, vous êtes peut-être confronté à un état de dépendance affective.

Lorsque vous vivez dans la dépendance affective, vous subissez, chaque soir, dans votre lit, une angoisse très lourde : la peur de perdre l’amour de l’autre.

Lorsque vous avez des amis, vous vous surpassez.

Lorsque vous vivez dans la dépendance affective, le téléphone est votre meilleur ami !

C’est plus fort que vous. Vous avez besoin de rester en communication presque constante avec l’objet de votre obsession et s’il vous est impossible de le joindre, vous ne pouvez plus fonctionner : c’est la panique !

La dépendance affective « brouille » votre confiance en vous et vous empêche d’être vraiment vous !

La dépendance affective est associée à des sentiments de colère, de doute de soi, de peur d’être rejeté, peur d’être seul, peur de ne pas être aimé ou apprécié, le sentiment d’insécurité, de honte ou d’infériorité…

La personne souffrant de dépendance affective ne vit que pour les autres :

  • Lorsqu’elle a des amis, elle s’oublie.
  • Lorsqu’elle a un travail, elle se donne à fond pour ne pas déplaire,
  • Lorsqu’elle est amoureuse, elle n’existe plus !
C’est comme cette personne donne le pouvoir à l’autre ou aux autres gens d’avoir la « main à l’interrupteur » de son bien-être ou de son bonheur : « On », vous êtes bien, « Off « , c’est l’enfer.

La dépendance affective est le besoin de sécurité relatif que l’autre peut nous apporter. Cependant l’autre est souvent comme nous et ne peut vous donner que ce qu’il possède.

Soyons libre, libre d’aimer, libre dans nos relations, libre dans notre famille ! Personne ne doit être dépendant de personne !

Que dire à ces personnes, si ce n’est : libérez-vous ! Libérez-vous dans l’Amour, aimez tout simplement les autres et surtout aimez-vous vous-même. Il n’y a pas d’autre solution pour se libérer de cet attachement trop important !

Que la dépendance soit affective ou autre, la vraie liberté c’est le non-attachement, à ne pas confondre avec le détachement.


6 thoughts on “La dépendance affective

  1. J’ajouterai que nous sommes tous, à différents degrés, dépendant des autres. S’étiqueter ainsi parce que l’on se reconnait un peu dans ce qui est décrit est, disons, poussé. Être dépendant affectif, c’est lourd, ça empoisonne la vie de celle qui l’est, et de ceux qui ont à côtoyer cette personne. Et comme l’a soulignée Kimombo, fort à parier que si vous l’étiez, vous ne le réaliseriez pas sur le coup…

    J'aime

  2. Moi qui croyait que de se donner dans son travail et de chercher à faire plaisir ou aider les autres, c’était ça la vie. En fait, je me suis donc trompée. L’éducation reçue, nous montrait qu’il fallait aider les autres…. et les autres nous aideraient à leur tour.

    Conclusion: Je souffre donc quelque peu de dépendance affective.

    J'aime

  3. Merci, encore un bel et juste article. Et je sais de quoi je parle (rires) car il m’est arrivé de la frôler parfois… dans les temps où je n’avais pas encore commencé un travail sur moi.
    Oui, Kimombo, c’est fort difficile mais on y arrive !

    J'aime

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s