Le paradoxe de la mort

(Article mis à jour le 22 février 2020)

La plupart d’entre nous évitons de penser à la mort. Mais il nous arrive tous, de temps en temps, de nous faire rattraper par cette question.

Les événements de notre vie se chargent de nous la rappeler. La mort imprévue d’un être cher, un accident sérieux, une maladie grave ou une tragédie dans notre environnement viennent nous rappeler que nous pouvons mourir à tout moment, que notre vie pourrait être radicalement écourtée ou soudainement changée de façon imprévue.

Lorsque ces accidents de parcours nous forcent à considérer notre mort comme une réalité importante, il se produit un phénomène remarquable : nous devenons plus intensément vivants et plus sensibles à ce qui est le plus important dans notre vie.

Nos priorités changent alors pour donner plus d’importance à ce qui nous semble essentiel.

Nous jetons un regard plus critique sur les « priorités » auxquelles nous consacrons notre temps. Et nous décidons de nous occuper davantage de ce qui nous importe le plus : notre santé, notre famille, les satisfactions importantes pour notre bonheur, nos valeurs prédominantes, le plaisir que nous prenons à vivre.

Nous penserons alors : à vivre notre vie comme nous l’entendons et non la vie que les autres voulaient pour nous, à nous entourer par des personnes qui nous aiment et que nous aimons ; à ne plus nous acharner autant au boulot ;  à avoir le courage de nous arrêter à temps et à nous autoriser à être plus heureux et en bonne santé plutôt qu’ à se tuer à petit feu pour amasser un peu plus d’argent qui nous servira dans la plus part du temps qu’à nous soigner des différentes maladies causées par un stress continue et un train de vie infernal.

À lire également sur ce thème :

Puis le tourbillon de la vie reprend éventuellement le dessus et nous invite à oublier toutes ces pensées.

Nous recommençons alors à redonner la première place à des urgences superficielles et l’ordre de nos « priorités » éphémères se rétablit de lui même

Il s’agit d’un étrange paradoxe.

Lorsque nous parvenons à oublier que notre vie est limitée dans le temps, nous devenons moins vivants, alors que nous le devenons davantage lorsque nous sommes conscients de la mort qui nous attend.

 

Pour aller plus loin je vous propose la lecture de ces 2 excellents ouvrages :

(Vous pouvez les télécharger en ePub ou en PDF)

1- Cinq méditations sur la mort de François Cheng

En ePub

En PDF

2- Penser à la mort de de Vladimir Jankélévitch

En ePub

En PDF

Par Bechir Houman

Retraité humaniste pacifiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.