A propos du lâcher-prise

Il est temps de lâcher prise

Le lâcher-prise est une façon de ne rien attendre, ne rien vouloir ni désirer excessivement, savoir aller au-delà de l’attachement. C’est le contraire du contrôle.

Si nous sommes préoccupés par un problème particulier et que nous y pensons de manière obsessionnelle, il occupe notre esprit et gâche notre quotidien.

Le lâcher-prise consiste à revoir notre façon de penser afin d’aborder le sujet de manière différente et laisser les événements prendre place plus naturellement, sans vouloir se les approprier et vouloir les dominer.

Lorsque l’on a compris que l’on ne peut ni changer le cours des choses ni les autres mais seulement changer notre façon de les percevoir, nous sommes prêts pour le lâcher-prise.

Le principe est donc de savoir abandonner un désir extrême, une attente, une volonté d’obtenir ou de réaliser dans un état d’esprit excessif. Il ne s’agit en aucun cas de baisser les bras, mais d’aborder les évènements avec confiance.

L’être humain est ainsi fait, il a toujours besoin de contrôler car de cette manière, il se sent fort. Lorsqu’il ne contrôle plus, il a peur. Peur du regard des autres, peur de ne pas être à la hauteur, peur de faire des erreurs et surtout peur d’être dominé.

Le lâcher-prise, c’est aussi une sorte d’acceptation de soi, reconnaître que l’on a des limites et accepter ce qui est ici et maintenant. Nous oublions souvent ce qui est présentement et avons besoin de contrôler ce qui aurait pu être ou devrait être.

Apprendre à se détacher est essentiel. Être attaché réduit par définition la liberté, donc l’épanouissement. C’est en quelque sorte une source de souffrance.

Le lâcher-prise permet de pouvoir aller au-delà des attachements. D’un point de vue affectif, cela ne signifie pas que nous ne devons plus aimer mais aimer dans la liberté de l’autre. C’est une façon de ne pas être possessif.

C’est un « amour véritable » qui apparaît. Je pense que « l’amour vrai » est celui qui permet d’aller au-delà de tout « emprisonnement » de l’être afin de le laisser s’épanouir en toute liberté et d’acquérir sa propre indépendance.

Faire preuve de détachement n’est pas de l’indifférence, bien au contraire, c’est reconnaître l’existence de l’autre.

Nous pouvons ressentir une réelle affection et des sentiments profonds. C’est tout simplement une façon d’aimer sans être dépendant.

Un livre (Guide) sur le même thème : Les 7 étapes du lâcher-prise

Lâcher-prise : un mot qu’on entend presque tous les jours ces temps-ci ; un mot passe-partout qui semble avoir l’effet magique de transformer l’impuissance en ouverture sur tous les possibles ; un mot qu’on prononce comme une promesse de libération et de soulagement de tous les maux.

« Lâche prise », me dit mon collègue qui me voit stressée.

« Lâche prise », me répète l’ami qui me sait angoissée.

« Lâche prise », me conseille l’inconnu qui me sent apeu­rée.

« Lâche prise », me rabâche la petite voix intérieure quand je suis irritée ou que je me sens nulle.

Lâcher-prise. Quel mot abstrait ! Aussi abstrait que les expressions vie intérieure et guérison de l’âme.

« Je veux bien lâcher prise, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. »

Cette réflexion que j’ai entendue à plusieurs reprises m’a un jour interpellée, parce qu’elle rejoignait ma propre expérience. À mon impuissance à résoudre les difficultés qui me faisaient souffrir à ce moment-là s’en ajoutait une autre : celle d’ignorer comment lâcher prise. Je voulais bien m’adonner à cette pratique reconnue pour son efficacité, mais je n’y arrivais pas. Certains jours, j’aurais voulu qu’on me fournisse une marche à suivre pour m’y conduire pas à pas tellement j’avais besoin d’aide.

Cette marche à suivre, c’est l’expérience qui me l’a fait découvrir, l’expérience de mon impuissance chronique à soulager certaines de mes souffrances physiques et psychiques. Les bienfaits que m’apporte aujourd’hui cette expérience ont déposé en moi le désir de la partager avec vous dans ce livre qui a pour titre : Les sept étapes du lâcher-prise.

Extrait de Introduction

Les 7 étapes du lâcher prise

Demandez le lien du téléchargement de ce livre par un simple message privé sur la page Facebook : PÉPITES

NB : N’oublier pas de citer le titre dans votre message

Mais avant, merci de cliquer sur « j’aime » et de partager la page Pépites

3 thoughts on “A propos du lâcher-prise

  1. «Faire preuve de détachement n’est pas de l’indifférence, bien au contraire, c’est reconnaître l’existence de l’autre. Nous pouvons ressentir une réelle affection et des sentiments profonds. C’est tout simplement une façon d’aimer sans être dépendant.»

    C’est ce que nous faisons dans notre couple, moi et mon conjoint. Mais si vous saviez le nombre de personnes qui nous questionnent à savoir si nous formons vraiment un couple à cause de ce « détachement », c’est fou. Les gens ne trouvent pas ça normal que nous puissions être des individus à part entière, avec sa liberté propre. Comme si la seule manière de «vivre en couple» serait d’être enchainé à l’autre, faire tout à deux, tout le temps. Je me sentirais tellement étouffée par une relation comme cela…

    J'aime

  2. Oui, une magnifique description. Je dirai juste que souvent le désir du contrôle vient de la peur de se laisser porter par le fleuve de la Vie, d’un manque de confiance profond en soi et en cette Vie.

    J'aime

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s