La métamorphose inquiétante des banques

LA BANQUE mutante ou sa métamorphose en un système de destruction massive de l'Économie

Beaucoup d’encre coule actuellement sur la crise économique, la corruption, sur l’inflation, et le chômage …

Certes plusieurs facteurs sont la cause principale de cette situation inquiétante, mais on est en droit de se poser la question : Pourquoi les banques, qui sont aussi directement impliquées, tirent leur épingle du jeu ?

Surtout quand elles publient année après année, des bénéfices en constante évolution et ce malgré la récession, et que les rémunérations (salaires, primes et bonus …) de leurs dirigeants occupent les premières places des plus hauts salaires.

Au fil de son évolution, le système monétaire et financier est devenu une partie du problème et non la solution.

En rendant leur système de plus en plus opaque et leur activité incompréhensible donc mystérieuse, ses victimes qui sont aussi leurs otages, n’osent pas avouer leur incompréhension.

Les banques sont-elles en mutation vers un système de destruction massive de l’Économie ?

Nul besoin de mots compliqués pour de le comprendre.

En se prêtant à une analyse rétrospective et comparative (Avant-Après) de ce système, Simone Wapler avait déjà depuis 2008 publié un article sur le site la-chronique-agora.com

En voici un extrait

▪ La monnaie

Avant, la monnaie était une marchandise, métallique, en général or ou argent. Pour commercer, échanger, il fallait avoir de cette marchandise. Les déséquilibres étaient donc limités et la question de la monnaie forte ou faible ne se posait pas.

Maintenant, la monnaie est une reconnaissance de dette, une inscription dans une mémoire d’ordinateur. Lorsque quelqu’un dépense, vous ne savez pas s’il a véritablement les moyens de dépenser (il a déjà gagné l’argent) ou bien s’il dépense à crédit (il n’a pas l’argent ; il espère, peut-être, l’avoir un jour).

▪ Les réserves monétaires

Avant, les réserves monétaires d’un pays étaient de l’or ou de l’argent. Lorsque les caisses étaient vides, les prêteurs se méfiaient. Les dirigeants de ce pays devaient alors taxer pour lever l’impôt et remplir les caisses du Trésor avant de s’engager dans des grands projets coûteux. L’autre solution consistait à faire une guerre en expliquant à des mercenaires qu’ils se paieraient sur les pillages.

Maintenant, les réserves monétaires sont des prêts, des reconnaissances de dettes (des obligations souveraines) de grands pays supposés infaillibles avec lesquels le pays détenteur de réserves commerce.

▪ Les prêts

Avant, la banque prêtait une partie des dépôts de ses clients. Ses clients étaient des riches qui entendaient faire fructifier l’argent dont ils n’avaient pas immédiatement besoin. Le banquier mettait de l’argent (son propre argent) de côté au cas où un prêt ne serait pas remboursé pour pouvoir rembourser son déposant. Manquer à une telle obligation ne serait-ce qu’une fois mettait la banque en faillite. Les prêts étaient réservés à l’investissement. On disait que « les dépôts font les crédits ».

Maintenant, la banque prête les dépôts de ses clients mais aussi de l’argent qui n’existe pas. On dit que « les crédits font les dépôts ». Si un prêt est accordé, l’argent — qui n’existait pas — est créé au crédit du compte de l’emprunteur. La réglementation impose aux banques de mettre de côté en fonds propres 3% du montant des prêts qu’elles accordent et au minimum 1% des dépôts qu’elles reçoivent doit être mis à la banque centrale. Ce sont les réserves obligatoires. Dès qu’une banque devient trop grosse, elle ne peut pas faire faillite. Comme on a obligé tout le monde à avoir un compte bancaire, cela ferait trop de victimes.

Les banques peuvent accorder des crédits à la consommation — ce qui fait croire aux gens qu’ils sont riches puisqu’ils peuvent consommer de l’argent qu’ils n’ont pas gagné. Les banques n’assument pas leurs risques puisqu’elles peuvent revendre leurs prêts (la titrisation) à des fonds et à des investisseurs institutionnels (votre compagnie d’assurance vie, par exemple).

Le vrai argent — les dépôts provenant de l’épargne, ce qui a été légitimement acquis grâce a du travail et de l’épargne antérieurs — ne se distingue plus de l’argent qui n’existe pas, les dépôts créés par le crédit. L’expansion du crédit est identifiée à de la croissance : plus on dépense, mieux c’est.

Dès qu’une banque devient trop grosse, elle ne peut pas faire faillite. Comme on a obligé tout le monde à avoir un compte bancaire, cela ferait trop de victimes

▪ Les banques centrales

Avant, les banques centrales n’existaient pas.

Maintenant, comme les banques commerciales prêtent de l’argent qui n’existe pas, il faut une banque centrale pour contrôler combien les banques prêtent. La banque centrale fixe le taux directeur qui permet de contrôler le niveau possible de création du crédit. Plus il est élevé, plus le crédit devient cher. Plus il est faible, plus le crédit devient bon marché. La banque centrale sait toujours quel est le bon niveau. Ne me demandez pas comment elle le sait mais elle le sait.

▪ Les économistes

Avant, les économistes étaient rares. Deux ou trois par siècle et encore.

Maintenant, les économistes sont partout et ont des idées sur tout. Comme les médecins de Molière, personne ne comprend réellement ce qu’ils racontent, leurs diagnostics sont étranges et leurs résultats ne sont pas vraiment probants, voire nuisibles. Mais comment contredire des gens qui assènent comme des vérités des croyances mystérieuses et occultes ?

▪ Les crises

Avant, il y eut 19 crises monétaires et financières en 325 ans, soit une crise tous les 17 ans.

Maintenant, on décompte 27 crises en 43 ans, soit plus d’une crise tous les deux ans.

▪ Avant, c’était quand ?

Avant, c’était avant 1971 et l’abandon du système du Gold Exchange Standard, remplaçant de l’étalon or lui-même abandonné en 1931.

« Avant, c’était mieux » est en général un discours de fossile inadapté. Mais quand les crises se multiplient, les fossiles inadaptés peuvent se poser des questions. D’autant plus que les victimes sont de plus en plus nombreuses et jeunes. Certains économistes préconisent toujours plus de régulateurs. Lorsqu’une machine fonctionne mal, pourquoi vouloir lui rajouter de multiples sécurités ?

Les banques commerciales prêtent moins car on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. L’économie n’a plus soif de crédit car il y en a trop. L’expansion du crédit ne garantit pas la croissance des activités rentables.

 

Pour aller plus loin je vous propose de télécharger : 

La Face Cachee Des BanquesRésumé :

Les banques ont provoqué la crise la plus grave survenue depuis 1929. Pour la première fois, unlivre nous entraîne dans les coulisses de Wall Street et de certaines banques européennes et nous révèle les secrets les plus inavouables d’un scandale financier sans précédent : falsifications des comptes, contournement des lois, systèmes clandestins.

Un seul but : l’enrichissement des dirigeants.

Ce livre en démonte les rouages et permet de mieux comprendre pourquoi les banques sont aujourd’hui les seules bénéficiaires de la crise qu’elles ont provoquée.

Au fil d’une enquête aux révélations étonnantes, on rencontre des dirigeants à la morgue insupportable et à l’incompétence parfois inqualifiable inondant le marché de crédits  » déchets  » remaquillés en produits de qualité.

On apprend que l’administration Obama a tout fait pour cacher l’insolvabilité de certains établissements, que des dirigeants d’entreprises au bord de la faillite se sont octroyés des bonus indécents avec l’argent du contribuable, que Paris et Washington ont dissimulé plus de 230 milliards de crédits toxiques détenus par des banques européennes.

De découvertes en découvertes, l’auteur nous fait pénétrer dans un univers qui repose sur le mensonge et l’opacité. Cette avidité, ce cynisme ont conduit le monde au bord du gouffre. Et maintenant ?

 

One thought on “La métamorphose inquiétante des banques

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s