Je suis bipolaire… Comme vous ! Enfin…presque !

je-suis-pibolaire-et-alors

Enfance heureuse, scolarité brillante, avenir prometteur… Tout allait bien, jusqu’au jour où il découvre qu’il est bipolaire.

Depuis, il navigue entre « sa » réalité et « la » réalité, en essayant de se construire une vie, même un peu particulière.

Tout s’accélérait dans sa tête, il ne dormait plus et n’arrivait pas à s’arrêter d’analyser et de parler de tout, tout le temps, comme s’il réfléchissait tout haut.

Il était très conscient de perdre pied face à la réalité et paradoxalement il était assez heureux d’être différent.

Il avait le sentiment d’appartenir à la grande famille des artistes maudits : Camille Claudel, Van Gogh, Charles Baudelaire, Ernest Hemingway et tant d’autres.

Ça lui plaisait beaucoup. Il a confondu l’art avec la maladie. Il a cru que ça le rendrait talentueux, comme eux…

Grâce à un traitement adéquat son état s’est stabilisé, pendant plusieurs années. Il avait presque oublié sa maladie, mais, quelques années plus tard, il a retrouvé sa spirale infernale suite à un événement déclencheur : la mort de sa mère…

Pendant l’enterrement, devant sa tombe il avait la sensation d’être sur un bateau, en pleine tempête. C’était magnifique et terrifiant.

C’est seulement à ce moment-là qu’il a commencé à réaliser que ses crises ne tombent pas du ciel, comme une malédiction, mais qu’ils ont quelque chose à voir avec des événements déclencheurs qu’il vit :  la mort, les séparations, et le niveau d’angoisse dans lequel cela le plonge. Mais tout est si compliqué…

C’était épuisant, terrifiant, douloureux, mais ça lui a permis de commencer enfin à comprendre sa maladie et de vivre avec.

Quand le monde réel est trop dur ou trop ennuyeux il s’évade dans un « ailleurs » où tout est décuplé, excessif, absolu, et où il était invincible. Et paradoxalement il se sentait heureux..

Il n’a aucune prise sur sa « spirale paradoxale », mais il la vit avec une grande lucidité.

C’est agréable, inspirant, exaltant, poétique, surréaliste, comme s’il avait un accès direct à son inconscient.

Mais c’est aussi épuisant, puisque ça l’isole complètement de la réalité et des gens qui l’aiment.

Elle est là, la détresse, dans son paradoxe, entre son ici et son ailleurs. Et dans le retour à la réalité, qui est toujours long et douloureux…

Témoignage

Advertisements

3 Comments

  1. Ce n’est pas une nature, un mode de vie qu’on choisi..ce n’est pas une façon d’attirer l’attention sur soi ou se distinguer, au contraire être sous les feux des projecteurs est une horreur pour un bipolaire, être entre les feux de l’amour aussi, dans l’abime de la solitude encore plus…
    Fuire les siens, fuire la réalité, tout percevoir differemment, se rendre compte de sa faiblesse, se nourrir de sa rage pour se protéger, se murer dans le silence pour n’entendre que cette voix qui sermonne indéfiniment.. la lui boucler, la faire taire en se mettant dans des situations incroyables… risquées…suicidaires.
    Etre le meilleur parmi les pires, ne jamais rien attendre de quelqu’un, n’en faire qu’à ses démons. Fuire toute forme de lueur de compassion ou d’affection, balancer entre les deux extrêmes, habilement..sans cesse.. Rêver démesurément, se réveiller en plein milieu à se demander où l’on s’est fouttu. Perdre confiance en tout le monde, au plus cher..en soi.
    Ne jamais rien montrer..avoir son jardin secret et bien gardé, être le seul à étouffer entre les flammes qu’on a soi-même allumé..être le seul à sourire intérieurement à l’étoile, au petit oiseau, à la mer, au vent, à la neige au soleil, aux notes de piano..à se déchirer en larmes par la suite…

    Trimballer son lourd passé vers son sombre avenir..entre une réalité massacrante et des rêves idylliques…

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Actuellement, le terme « bipolaire » a été banalisé au point d’en oublier sa réelle signification. Il qualifie dans le langage courant une personne comme étant lunatique, indécise ou colérique.
    Ce témoignage rétablit la vérité sur cette maladie et le lire fût une découverte enrichissante.
    Merci !

    http://la-parenthese-psy.com/

    J'aime

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s