Êtes-vous atteint du syndrome du FoMo ?

Sur les réseaux sociaux en général et Facebook en particulier, s’alimente en permanence des histoires de la vie de chacun. Face à une forme de surenchère, bon enfant souvent, perfide parfois, il s’agit de livrer régulièrement à ses amis la version augmentée de sa petite existence. Cette dernière est donc dorénavant obligatoirement jalonnée et en continue par des photos radieuses, de vacances inoubliables et de fêtes mémorables…

Beaucoup d’articles et d’ouvrages sont consacrés depuis une quinzaine d’années aux dérives de l’utilisation d’Internet, des réseaux sociaux et de la redoutable dépendance aux jeux vidéo.

De nombreux signes d’angoisse, d’anxiété voire de dépression appelée « dépression Facebook », de trouble du sommeil, de détérioration de l’estime de soi, apparaissent chez les jeunes si l’on croit les spécialistes. Ils parlent également d’addiction comportementale, de nomophobie ou la techno-angoisse d’abandon.

Être partout, tout le temps, et ne rien manquer. Un impossible et illusoire rêve pour les personnes (jeunes et moins jeunes) atteintes du syndrome « Fear of Missing out », qui a fait son apparition dans le dictionnaire en 2011.

Selon ce dictionnaire, alimenté par des internautes du monde entier, les personnes souffrant du FoMo craignent en permanence de passer à côté de quelque chose d’important, de manquer un événement ou une fête. « C’est aussi la peur de rater quelque chose de mieux que ce que nous sommes en train de faire », renchérit World of Psychology, « de ne pas avoir connaissance d’un évènement qui constituerait une opportunité d’interagir socialement, ou encore, de passer à côté d’une opportunité commerciale »

Malgré nos vies faites principalement de choses triviales, répétitives, parfois sans intérêt et souvent sans aventure, la réalité sublimée mise en scène – miroir déformant – projetée sur écran donne l’illusion d’une performance identitaire plus forte avec un objectif de reconnaissance, un amplificateur pour le meilleur et pour le pire.

Nous passons désormais (pour les plus atteints d’entre nous) la moitié de notre temps à faire semblant d’être plus heureux que nous le sommes et l’autre moitié à regarder comme les autres semblent l’être bien plus que nous.

Ce constat peu optimiste n’est pas une fatalité et n’en faisons pas une généralité.

En conclusion, jeunes, adolescents, adultes, nous tous devons réfléchir ensemble à la façon « de vivre autrement » les réseaux sociaux, pour éviter d’être rattrapés par le FoMo.

Alors, Êtes-vous atteint du syndrome du FoMo ? (*)

Autrement dit :

– Vous questionnez-vous constamment sur ce que les autres sont en train de faire? Êtes-vous toujours en train d’« espionner» vos amis sur Facebook pour voir ce qu’ils font?
– Avez-vous peur de ne pas être à la bonne place au bon moment ou de passer à côté de quelque chose d’important?
– Êtes-vous momentanément angoissés à l’idée de ne pas aller au bon événement, ou la peur de manquer quelque chose ?

Voici une petite liste de signes qui prouvent que vous êtes atteints du syndrome FoMo.

1 – Votre smartphone et vous êtes inséparables

Il est vrai que trimballer un smartphone peut être pratique.

Vous tombez en panne sur l’autoroute, vous prévenez votre conjoint que vous arriverez quelques minutes en retard au spectacle de votre petite fille… mais si vous êtes atteints de FOMO, la relation que vous entretenez avec votre appareil est d’un tout autre ordre: sans lui, vous vous sentez égarés.
Comme un chien de poche, il vous suit où que vous alliez et dort à vos côtés.

Impossible d’imaginer votre vie sans lui, vous le regardez constamment de peur d’avoir raté un texto, répondez même quand vous ne devriez pas, prétextant qu’il peut s’agir d’un appel important et vous avez même l’impression qu’il a vibré alors qu’il n’a même pas été sollicité.
Votre pire cauchemar: perdre votre smartphone

2 – Vous faites constamment 2 choses à la fois

Pourquoi privilégier de regarder la télévision plutôt que de surfer sur le Web?

Pourquoi choisir d’aller à une fête alors qu’il est possible d’en fréquenter deux, voire même trois, dans la même soirée?

Souffrant de la peur de rater le super événement ou la nouvelle de l’heure, vous êtes passés maîtres dans l’art de faire de la multiplicité des tâches.

Lire vos courriels pendant que vous êtes au cinéma, mettre à jour votre profil Facebook alors que vous êtes à un premier rendez-vous galant et même, risquer d’avoir un accident parce que vous écrivez des SMS en conduisant…

3 – L’attente vous paraît (trop) longue

Si vous êtes atteints de FOMO, « il faut donner du temps au temps » n’est certainement pas une maxime qui vous colle à la peau!

Lorsque vous envoyez un texto, vous vous attendez à recevoir une réponse immédiate, sinon la paranoïa a tendance à s’emparer de vous: « Pourquoi ne répond-il pas… Et si mon destinataire était occupé à faire quelque chose de palpitant, et pas moi? »

Incapable d’attendre une réponse, vous actualisez constamment votre boîte de réception dans l’attente d’un nouveau courriel et vous croyez que la fin du monde est arrivée quand l’affichage de vos nouvelles photos sur les réseaux sociaux prend quelques secondes de plus qu’à l’habitude.

4 – Vous ne faites pas nécessairement ce dont vous avez envie

Bien que vous tombiez de fatigue, que vous devriez terminer une présentation importante ou que vous rêviez d’une journée reposante dans un spa, la peur de passer à côté de l’événement de l’année est plus forte que tout.

Craignant d’être laissé de côté, votre liste de priorités est basée sur les activités sociales qui se résument par « voir et être vus ».
Vous souffrez de FoMo si vous ne faites pas ce dont vous avez envie, mais plutôt, les activités que les autres font.

5 – Vous êtes accros aux réseaux sociaux

Au levé du lit, la première chose que vous faites est de regarder les réseaux sociaux?

Comme vous avez peur d’avoir manqué quelque chose pendant votre sommeil, avant même d’avoir bu une gorgée de café, vous avez déjà scruté au peigne fin toutes les nouvelles photos de soirées publiées par vos connaissances, commenté les statuts, consulté et analysé les nouveaux Tweets…

Non seulement vous êtes accros aux réseaux sociaux, mais il y a de fortes chances que vous soyez atteints de FoMo.

(*) Source : 5 signes que vous êtes atteints du syndrome FoMo.

Par Bechir Houman

Retraité humaniste pacifiste

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.