Vivre avec avec un sentiment de culpabilité

La culpabilité est un sentiment négatif qui provient d’une erreur que nous avons commise.  Le problème apparaît lorsque nous le ressentons constamment. Certains personnes recherchent même à se sentir coupables.

Pourquoi vivre continuellement avec ce sentiment autodestructeur ?

Beaucoup d’entre nous se culpabilisent pour des choses insignifiantes. Mais,  lorsque des personnes ont une tendance à se sentir coupables, cela suggère la présence d’un problème important, de quelque chose qui les tourmente et qu’elles n’arrivent pas à dépasser.

Elle cherche à être blessée

Ce sont des personnes qui ont besoin de souffrir. Elles ont certainement connu des mauvais moments et gardent des cicatrices importantes de leur passé, qui échappent totalement à leur contrôle.

Elles se demandent souvent : “pourquoi moi ? Qu’ai-je fait de mal ?”

Ces expériences du passé provoquent de l’insécurité, qu’elles sont incapables de maîtriser. Quelles sont les conséquences d’un tel problème ?

La personne en insécurité recherche quelque chose sur laquelle elle peut avoir le contrôle.

Par exemple, une personne qui a été confrontée à des problèmes psychique se mettent souvent dans des situations pour ressentir ce sentiment.

C’est une tendance masochiste, mais que la personne a l’impression de maîtriser. C’est elle qui est à la recherche de ce sentiment.

Elle se blesse elle-même

La personne qui vit avec un sentiment de culpabilité s’auto-flagelle, tant au niveau physique, que mental.

Elle se critique en permanence, pense sans cesse au mal qu’elle a pu faire et à tous les choix qu’elle n’aurait pas dû faire.

Cette autocritique est le résultat d’un sentiment de culpabilité, qui a profondément été transformé par l’esprit.

Par exemple, une personne qui a subie une expérience sociale traumatisante pense souvent qu’elle aurait dû être plus compréhensive, qu’elle n’aurait pas dû dire ou faire telle ou telle chose, etc.

Ces personnes sont très fragiles mentalement et constituent des cibles parfaites pour les manipulateurs.

Le problème est qu’elles portent en elles une culpabilité qui n’est pas la leur, elles deviennent aigries et tristes, et elles ne savent ni ne peuvent ouvrir les yeux sur leur vie.

Au bout d’un moment, il est possible que leur degré de maturité, ou qu’un événement inattendu, leur permettent de se rendre compte de la réalité, qu’elles ne sont pas coupables, et qu’elles ne l’ont jamais été, et qu’elles se sont senties mal sans aucune raison.

Elle blesse les autres

La personne qui se sent coupable ne cherche pas uniquement à se blesser elle-même. La plupart du temps, elle cherche également à faire du mal aux autres, car cela lui permet de sentir supérieure et puissante.

Parfois, le fait de s’infliger du mal n’est pas suffisant. Les phrases , comme “pourquoi moi et pas un autre ?“, peuvent les inciter à “partager” leur douleur.

De plus, le fait d’avoir le pouvoir de faire souffrir les autres, dote la personne d’un certain sentiment de sécurité.

Elle se sent mieux si les autres souffrent également. Elle se dit que si elle a connu tant de douleurs, les autres doivent les connaître également.

La personne qui s’est sentie blessée, à un moment donné de sa vie, voit la souffrance qu’elle inflige comme une sorte de vengeance.

Elle se sent alors omnipotente et dotée d’un pouvoir, qui n’est en réalité que fictif. Lorsqu’elle se rend compte que ce qu’elle fait est mal, elle se sentira davantage coupable.

Certes la culpabilité est très difficile à vivre. Mais Il revient à chaque individu de sonder son for intérieur pour comprendre la nécessité de vivre dans l’instant et non dans un passé figé.

Ainsi, plutôt que de chercher à se fustiger quant aux erreurs commises, il convient d’en identifier les causes, nous permettant d’améliorer notre sens de l’anticipation.

Il apparaît en effet crédible de penser que le meilleur moyen pour éviter la culpabilité soit d’éviter de réunir les conditions propices à son installation, de manière quotidienne.

Cela implique alors une réflexion sur la résonance de nos actions et une prise de responsabilité effective.

On ne peut changer le passé, mais on peut refuser qu’il nous hante pour toujours.

En guise de résumé :

  • Le sentiment de culpabilité peut entraîner des conduites d’échec, d’autopunitions inconsciente et même de maladies.
  • Les personnes qui se sentent coupable se vivent comme honteuses, tristes, fautives, chargées de colère et de mépris pour elles-mêmes.
  • Par ailleurs ce sentiment de culpabilité, inutile et nuisible pour soi, est cependant nécessaire pour créer l’empathie et le respect pour les autres. Nous connaisons les conséquences que représente le manque d’empathie et de culpabilité chez les psychopathes : ils n’ont pas conscience de faire du mal.
  • A un moindre degré, le manque de culpabilité empêche d’avoir de la considération pour les autres et de s’intégrer dans des groupes sociaux.
  • Trop de culpabilité torture intérieurement la personne concernée et l’oriente vers une destruction de soi. Elle se reproche d’avoir transgressé des règles auxquelles elles se réfèrent, d’avoir fait souffrir d’autres personnes et retourne alors l’agressivité contre elle-même.

 

Pour aller plus loin je vous suggère de télécharger gratuitement le livre :

La culpabilité, l’émotion qui tue de Gilles Gandy

Cliquez sur le format souhaité

Format ePub

Format PDF

Publicités

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s