J’ai vu « The Social Dilemma » et j’ai failli supprimer  tous mes comptes sur les réseaux sociaux !

 Le documentaire « The Social Dilemma » (le dilemme social) diffusé dernièrement sur Netflix, a été classé parmi les 10 films les plus regardés sur la plateforme et le plus important cette année en raison de son contenu.

Il passe au crible la menace à la vie privée et à la démocratie, la manipulation du comportement, le suicide chez les ados, la polarisation, la désinformation, les discours haineux – tous attribués aux Facebook, YouTube et Twitter de ce monde.

Il a donné la parole à des anciens de Google, de Facebook, d’Instagram, de Twitter, de Pinterest, des psychologues, des avocats, des experts en éthique de l’intelligence artificielle.

La plupart des intervenants ont eux-mêmes participé à construire les machines qui mènent désormais le monde. Ils cherchent tous maintenant à tenter de contenir leur pouvoir, à limiter les dégâts Ils estiment que le changement ne se produira pas à moins que la pression publique ne menace les énormes gains matériels que les propriétaires de ces entreprises récoltent.

Que vous soyez d’accord ou non avec son approche, les pensées qu’il suscite restent dérangeantes et invitent à la réflexion et surtout à prendre du recul.

Donc, si vous faites partie de ceux qui se réveillent et dorment avec leur smartphone à la main, n’hésitez pas à le regarder tout de suite.(*)

Nous sommes « leur produit » !

L’un des points soulevés par les travaux est que les entreprises n’obtiennent pas leurs bénéfices en contrepartie de la vente directe de produits et de publicités uniquement, mais en vendant les utilisateurs eux-mêmes, ou plus précisément, leurs données personnelles qu’elles collectent à leur insu.

À lire aussi : Le côté obscur de la gratuité du Web et des réseaux sociaux

En développant certains algorithmes d’intelligence artificielle, les technologues et les systèmes utilisés peuvent exploiter les informations et pas seulement celles qu’une personne enregistre sur elle-même, mais déduites du modèle qu’il suit dans son comportement et de ses choix et ce qu’il « aime », afin d’attirer son attention et de le forcer à continuer au point d’être accro à la présence et à l’utilisation de services.

Tout est fait pour retenir l’attention des utilisateurs le plus longtemps possible et générer un maximum de revenus publicitaires. Les notifications, likes, tags et autres recommandations nous maintiennent toujours en tension sans que l’on en ait toujours pleinement conscience.

Ce qui dans le documentaire, est décrit comme un système de motivation par récompense.

Nous sommes exposés à une désinformation intentionnelle !

Un autre désastre révélé par le film, à savoir que ces entreprises autorisent délibérément la promotion de rumeurs et de fausses informations, après avoir trouvé que cela apportait des bénéfices, peut-être plus que les publicités elles-mêmes, car ces fake news se propagent plus rapidement, et peuvent être exploitées économiquement et politiquement.

Ce qui a été prouvé, c’est qu’avec le temps, cela entraîne un changement de comportement des utilisateurs sans qu’ils ne s’en aperçoivent, ce qui est en fait, la pire des manipulations médiatique, d’autant plus qu’ils peuvent diffuser des idées influentes et extrémistes à leur guise.

Nous sommes inconsciemment « manipulés »

L’une des façons la plus insidieuse et dangereuse que ces entreprises exploitent pour influencer les utilisateurs est qu’elles leur exposent délibérément à des personnes qui partagent les mêmes intérêts et opinions, et des informations qu’elles aiment lire, écouter et visionner sans présenter d’autres alternatives.

Ce qui les rend au fil du temps fanatiques de leurs opinions, croyant qu’elles sont les plus crédibles et les plus partagées, et que les autres sont purement incrédules et stupides ou peut-être qu’elles l’étaient.

Les utilisateurs de ces services seront, avec le temps, isolés du monde, et placés dans une bulle qui n’est pas toujours leur choix et à travers laquelle ils ne peuvent voir qu’une face de la médaille complètement différente du ce que voit l’autre. Même s’il peut être leur partenaire dans la vie.

Cette perspective alimente la propagation la haine de tous ceux qui ne partagent pas leurs opinions. Ce qui a conduit certains spécialistes à croire que la poursuite de cette situation entraînera inéluctablement une guerre civile.

À lire aussi : Facebook viole votre vie privée et vous n’avez rien à cacher ? Vous en êtes sûr ?

Nous sommes exposés au risque de dépendance et de dépression !

Le pire est que ces entreprises ne se soucient guère de l’impact social de leur activité devant les énormes profits qu’elles récoltent. L’être humain et sa santé psychologique et mentale est leur dernière préoccupation.

Sachant que l’impact de ces sites de réseautage social et de leur contenu sur les adolescents, provoque une augmentation du taux de dépression puis de suicide à cet âge. Sans oublier l’augmentation vertigineuse du taux de ceux qui souhaitent se faire opérer en chirurgie plastique à cet âge précoce.

Sans parler de l’état de dépendance que beaucoup d’adolescents ont atteint et qui les a complètement séparé de leur famille, émotionnellement et socialement.

La solution ?

Vous seul déciderez une fois que l’ignorance est devenue un luxe hors de votre portée, si vous prendrez du recul ou si vous êtes déterminé à rester à bord de ce train express qui vise à vous exploiter pour servir des objectifs plus grands que vous, avant qu’il ne vous expulse sur le bord de la route, alors que vous êtes accro et manque de confiance en vous.

La seule solution qui peut empêcher cela est qu’une révolution de protestation se produise de la part des utilisateurs eux-mêmes après avoir vu ces informations, exigeant la promulgation de lois pour limiter l’utilisation des données personnelles, et que ces plates-formes soient soumises à un contrôle strict, et ainsi le préjudice qui en résulte est minimisé.

 

Vous souhaitez voir ou télécharger ce documentaire en français ? 😉 :
(*) The Social Dilemma

 

Par Bechir Houman

Retraité humaniste pacifiste

1 commentaire

  1. Pas de téléphone portable sauf quand je voyage, un ordinateur-tour sans caméra, pas de compte FB ou autres réseaux., mais un blog, je sais être un fossile et m’en félicite ! Par contre je sais que mes activités internet limitées sont aussi bien étudiées, il en faut un minimum pour ne pas paraître suspecte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.