Avez-vous la sensation d’être constamment fatigués, accablés et dépassés par les événements sans pouvoir réagir ?

Faites gaffe ! Il s’agit probablement du syndrome d’épuisement émotionnel (ou Burn out) ! Surtout avec les événements anxiogènes que nous subissons depuis bientôt une année : Pandémie surmédiatisée, confinement, distanciation, etc.

C’est que l’épuisement émotionnel n’arrive pas du jour au lendemain. C’est un processus latent, qui se déploie lentement jusqu’à l’effondrement, quand on ne tient plus.

Bien que l’épuisement émotionnel se vive comme une fatigue mentale, il peut s’accompagner d’une grande fatigue physique. Lorsqu’il surgit, la personne peut ressentir une sensation de lourdeur, une impossibilité à continuer à aller de l’avant. Elle tombe alors dans une inertie dont il est difficile de sortir.

Les causes de l’épuisement émotionnel ?

Il surgit lorsqu’un déséquilibre se produit entre ce que l’on donne et ce que l’on reçoit. Les personnes qui en souffrent sont généreuses, elles donnent tout ce qu’elles peuvent d’elles-mêmes au travail, à la maison, en couple ou dans tout autre domaine.

On retrouve souvent ce syndrome dans les domaines très exigeants, demandant des grands sacrifices :

  • Un travail stressant avec un fort risque de licenciement
  • Une famille dont les membres ont beaucoup de problèmes et demandent de l’attention
  • Une relation amoureuse conflictuelle ou qui a de grandes difficultés.

La personne qui souffre d’épuisement émotionnel manque de temps pour elle et ne reçoit pas la reconnaissance, l’affection ou la considération suffisante : on attend d’elle qu’elle soit toujours présente, comme si elle n’avait pas de besoins ou comme si elle était plus forte que tout le reste et pouvait tout supporter.

Les premiers symptômes de l’épuisement émotionnel

Des indices laissent présager l’apparition de l’épuisement émotionnel. Il s’agit de signaux auxquels, en règle générale, on n’accorde que peu d’importance alors même qu’ils nous permettraient de gérer la situation à temps.

  • Épuisement physique : la personne se sent fatiguée en permanence. Dès le réveil, elle a l’impression que la journée sera une montagne à gravir.
  • Insomnie : la personne a des difficultés pour dormir car elle a toujours des problèmes qui tournent dans sa tête empêchant le sommeil.
  • Irritabilité : elle se met en colère et perd le contrôle d‘elle-même avec récurrence. La personne est de mauvaise humeur et sensible à toute critique ou geste de désapprobation.
  • Manque de motivation : celui ou celle qui souffre d’épuisement émotionnel agit de façon mécanique, comme s’il ou elle devait continuer à faire ce qu’il/elle fait tout le temps. Perte d’intérêt et d’enthousiasme pour les activités qui étaient appréciées auparavant.
  • Distanciation affective : les émotions sont de plus en plus plates, comme si on ressentait de moins en moins de choses.
  • Pertes de mémoire : une saturation d’informations et/ou de stimuli donne lieu à des oublis fréquents. La personne oublie facilement de petites choses.
  • Difficultés pour se concentrer : la personne est facilement confuse. La moindre activité lui demande plus de temps qu’auparavant, et elle raisonne plus lentement.

Comment sortir de l’épuisement émotionnel ?

La meilleure façon de dépasser l’épuisement émotionnel est évidemment de se reposer. Il est important de trouver du temps libre pour se relaxer et être tranquille. Les personnes dont on exige beaucoup peuvent par exemple passer des années sans prendre de vacances. C’est quelque chose qu’il ne faut absolument pas faire, car la fatigue surgira tôt ou tard. La première chose à faire est donc de prendre quelques jours pour se reposer.

Une autre solution est de travailler pour avoir une attitude différente face aux obligations quotidiennes. Chaque jour doit inclure des temps dédiés aux engagements, mais aussi des temps pour se reposer et réaliser des activités gratifiantes. Il faut absolument apprendre à laisser de côté le perfectionnisme ou l’obsession de vouloir tout gérer.

Enfin, il est très important de se sensibiliser à soi-même : pour cela, l’idéal est de prendre un peu de temps chaque jour pour être seul(e) : respirer, se reconnecter avec soi-même, avec ses envies. Il est fondamental de développer une attitude de compréhension et de bonté face à soi-même. Si on ne le fait pas, il nous sera tôt ou tard impossible de continuer.

Pour aller plus loin sur le même thème je vous propose le récent ouvrage de Nathalie Martin :

Vaincre le burn out

– Format ePub

– Format PDF

Par Bechir Houman

Retraité humaniste pacifiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.