Le paradoxe du misanthrope humaniste 

Tous autant que nous sommes, nous nous affirmons par nos paradoxes.

Eternels insatisfaits, nous souhaitons tout et son contraire, et sommes incapables, pour la plupart, d’attraper le bonheur et le garder près de nous. En tant que membre de la race humaine, je ne déroge pas à cette règle.

Et parmi ces paradoxes qui m’affectent, il y en a peut-être un plus présent que les autres : je suis un humaniste misanthrope.

Je suis humaniste parce que j’aime mon prochain. Avec les gens qui me sont proches – ami(e)s, famille -, j’essaye, du mieux possible, d’être à l’écoute, d’aider, de soutenir, d’encourager, d’être présent dans les moments heureux et les moments durs, de me montrer généreux, tolérant et compréhensif, qu’ils puissent ainsi dire qu’on peut compter sur moi.

J’échoue parfois, mais je fais toujours de mon mieux.

Je suis misanthrope parce que je n’aime pas l’être humain, sa nature profonde. Je peux aimer ce qu’il fait, ce qu’il conçoit, ce qu’il fabrique, ce qu’il construit, ce qu’il imagine, ce qu’il créé, mais je n’aime pas ce qu’il est.

Il est le plus souvent médiocre, hypocrite, égoïste, manipulateur, lâche, cruel, et c’est encore pire au sein d’un groupe qu’individuellement.

Je reconnais cependant qu’il m’arrive aussi d’être ainsi, bien évidemment, en tant que membre de cette espèce.

Je dois donc faire cohabiter en permanence ces deux tendances en moi, car je ne suis pas encore prêt à revivre en ermite, même si j’en ressens parfois le désir.

J’ai besoin de contacts humains, je ne peux pas m’en passer, mais en même temps j’ai beaucoup de mal à accepter tous les compromis, toutes les bassesses, toutes les hypocrisies qui sont nécessaires à la vie en société.

J’ai parfois beaucoup de mal à me reconnaître et à trouver ma place dans la société qui m’entoure. J’ai l’impression qu’elle ne me ressemble pas, même si j’en fais irrémédiablement partie.

Un autre témoignage  : Je suis un misanthrope humaniste

Publicités

2 Replies to “Le paradoxe du misanthrope humaniste ”

  1. Cher Bachir,
    Psychologiquement parlant, ce n’est pas un paradoxe ,car vous ne dites pas : plus j’aime/ plus je déteste !
    C’est plutôt un conflit de parties. C’est juste que nous souhaiterions être fait d’un seul bois, limpide, mais dans des contextes différents, nous nous adaptons !
    C’est surtout un conflit entre vos valeurs et vos besoins… C’est juste la marque de votre humanité.
    Merci de nous faire réfléchir, et peut-être nous améliorer.

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s