Le bonheur serait-il une échappatoire ?

Malheur, bonheur

Le bonheur humain semble être l’exception plutôt que la règle.  Il advient toujours sous forme de souffrance comme par magie, il dissipe un instant. Le malheur est cet autre, cet envers inséparable du bonheur sans lequel ce dernier n’aurait pas de sens. Personne ne veut la souffrance pour elle-même, or tout le monde a pu faire l’expérience de ce que c’est de souffrir, de la perte d’un être cher, de la maladie, de ce qui arrive aux autres comme à soi-même.

Si on ne cherche pas le malheur, il est toujours déjà trop tard quand il frappe à la porte. On y pense quand il est là, on le gère tant bien que mal. On s’emploie à faire contre mauvaise fortune bon cœur, comme dit le proverbe. Et le restant du temps, on le relègue dans quelque endroit de notre mémoire. On le conjure, alors que sans cesse, il se rappelle à notre souvenir.

De ce point de vue, le malheur offre la formulation négative du bonheur, on est heureux quand il n’est pas là. Car sans malheur, les événements heureux ne distingueraient pas du cours de l’existence. Le bonheur serait-il alors une échappatoire ?

2 thoughts on “Le bonheur serait-il une échappatoire ?

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s