Catégories
Au fil de mes lectures Téléchargement

La manipulation par la peur

La manipulation par la peur

La meilleure façon de manipuler les gens et leur faire « adopter » ce que vous voulez est de leur faire peur.

C’est ce qu’ont toujours utilisé les politiciens.

La politique de la peur consiste, pour un gouvernement, à provoquer la peur au sein de sa population pour faciliter l’adoption de lois sécuritaires.

En réduisant ainsi la liberté individuelle, il espère pouvoir assurer son maintien.

Les citoyens, quant à eux, en échange d’une hypothétique sécurité sont conditionnés pour renoncer progressivement à leurs libertés.

Si l’on a pu considérer la « politique de la peur » comme l’une des caractéristiques des dictatures, l’emploi de cette expression dans une démocratie sous-entend que les hommes politiques instrumentalisent des craintes avérées ou non de la population pour atteindre leurs objectifs.

Il s’agit-là d’une forme de manipulation de l’opinion, de manière indirecte ou subliminale, qui réveille les pulsions les plus abjectes de la xénophobie et du racisme.

Les discours alarmistes et anxiogènes ainsi que la désignation d’ennemis intérieurs servent alors à légitimer des mesures disproportionnées qui portent atteinte aux droits fondamentaux, dans le but de mieux contrôler la population.

La classe politique, impuissante devant l’oligarchie financière qui dirige l’économie mondiale, a besoin pour rester au pouvoir d’agiter le chiffon rouge de la peur pour détourner l’attention du peuple.

Concentrée sur des « guerres perpétuelles », méfiante et divisée, l’opinion publique mondiale n’est plus tentée par la remise en cause du système politico-économique en place.

Nicholas Machiavel

Pour aller plus loin voici :

1- Un article de Noam Chomsky : La Manipulation de la Peur

2- Un livre à télécharger gratuitement sur le même thème : La politique de la peur – Serge Quadruppani :

(Cliquez sur le format de votre choix)

La politique de la peur

Résumé

La politique de la peur, c’est celle qui, menée par la droite comme par la gauche, empile les lois liberticides, développe sans relâche les techniques de surveillance et les fichiers, et choisit de brandir toujours plus haut la menace « terroriste ». C’est celle qui, au nom du 11 septembre, s’en prend quotidiennement aux étrangers, aux jeunes, aux internautes, aux prostitués, aux chômeurs, aux autres, à tous les autres. Celle qui, avec l’active complicité des médias, fabrique des ennemis imaginaires pour mieux détourner notre attention des oppressions quotidiennes. Pour les dirigeants politiques qui tentent vainement de gérer l’économie globale, la politique de la peur permet de compenser leur quasi-impuissance par un activisme répressif surmédiatisé. C’est enfin une « politique de civilisation » qui est à la fois la négation de la politique et de la civilisation.

LIRE AUSSI :

La stratégie du choc – Naomi Klein

Même éradiqué, le virus Covid-19 laissera la place a un virus plus dangereux et virulent « Le totalitarisme numérique »

  • Auteur de l’article

Par Bechir Houman

Retraité humaniste pacifiste

40 réponses sur « La manipulation par la peur »

je pense que « la classe politique » n’est pas du tout « impuissante devant l’oligarchie financière qui dirige l’économie mondiale ». Elle est au contraire complètement au service de la classe capitaliste, et elle peut certes utiliser la peur pour empêcher la classe des travailleurs de prendre conscience de sa force et de sa capacité à renverser ce système pourri.

La peur n’évite pas le DANGER.
Et cette peur peut être produite par le pouvoir, mais aussi par les lanceurs d’alerte et conspirationnistes de tout poils.
De quoi, de qui devons nous avoir peur ?
La peur ou l’angoisse plutôt d’un avenir incertain…
La peur ou l’angoisse ,pour nos chérubins…
Enfin, il faut raison gardée…
Surtout garder la tête bien accrochée entre nos deux épaules et les pieds sur terre.
Les peurs sont souvent engendrée par nôtre méconnaissance, c’est l’abstrait qui fait peur…
Pas le concret.
C’est l’inconnu qui nous fait peur…
Alors ayons peur, pour nous préserver, nous sécuriser…
Mais n’ayons pas peur de quelque soit ,le pouvoir qui veut vous le faîre subir…
Oligarchique, ou conspirationniste…
Réfléchissons, creusons pour trouver la VÉRITÉ.
Elle ne pourra que vous rassurer !
Pour conclure n’oublions pas que la peur, peut vous faîre perdre jusqu’à 80% de vos capacités à réagir face à une situation…
La solution, est d’affrontée les situation de fronts….
L’exemple de l’autruche qui met sa tête dans le sable…n’est pas la meilleure des solutions…

Je pense que le succès est accompli lorsque la peur est entretenue par les gens, le plus grand nombre, et plus seulement par tel ou tel personnage médiatique. La peur , plus que les autres émotions , est un pouvoir : elle sert le mensonge, rarement la prudence ou la vérité utile à se sauver d’une situation menaçante. Manier la peur serait-il devenu une manière d’être, équivalente au fait de menacer les autres ? Est-ce une façon de dire qu’on n’a pas peur d’elle ? Il me semble qu’elle agit comme une maladie contagieuse, sur le plan des émotions : elle se révèle être un symptôme, ou même un virus pathétique.

Franchement est ce que les français mérite d’être sauvé de la dictature en place. Alors que plus d’un regrette la royauté. J’en doute.

j’entends bien ce qu’il veut mettre en avant : s’aidant d’une période dite ou qualifiée de « crise », faire accepter par une population des comportements qu’en temps normal elle n’accepterait pas et ce, par une « politique de la peur ». Cependant, je ne partage pas du tout la façon d’y parvenir, telle que décrite.
Ce serait faire preuve de peu de réalisme que de miser sur la seule bêtise des gens (bien que …) et leur incapacité à réagir. Le « politique » lui-même ne s’y risquerait pas. Cependant, nous ne pouvons que constater que malgré tout, certaines règles de comportement arrivent à être adoptées et ce, contre toute attente. Alors qu’est-ce qui a permis cette acceptation?
.
Je crois qu’il ne faut pas et ne faudra plus jamais oublier le rôle néfaste, le rôle de nuisance des médias, télévisés en l’occurrence, et des journalistes qui eux, de part les moyens dont ils disposent, ont la capacité de jouer avec la crédulité des gens voire leur subconscient. Ils sont le relais indispensable entre un « politique » et un peuple tout comme entre un syndicat et une population et, de manière plus générale, entre un mouvement quelconque et une nation.
Il suffit de regarder tout ce qui se passe au niveau des médias depuis ces 15 derniers mois. Du pain béni ! Ce n’est que matraquage médiatique qui s’affranchit de toute impartialité, n’hésitant à aucun moment à occulter une partie de la réalité tout comme de la vérité.
A titre d’exemple, ce matraquage a permis de mettre bien avant, au premier plan, les « violences policières » tout en remisant au second plan les exactions de tous ces soi-disant manifestants. Tous ceux qui l’ont fait dans leurs articles sur différents réseaux sociaux savent bien de quoi je parle et là aussi, ce n’est qu’un constat.
.
A vouloir être toujours le premier à défaut d’être le meilleur, chacun, dans cette course effrénée, est prêt à jouer des coudes, à écraser, à surenchérir et si, par hasard, on venait à mettre en évidence certaines fausses informations ou informations déformées ou encore « oubliées », il sera toujours temps de faire un « erratum » mais au moins, on aura tenu le haut du pavé pendant plusieurs jours. Voilà ce qui me semble la réalité.
Regardez un peu ce qui se passe depuis plus d’un mois maintenant.
Du matin au soir et du soir au matin, tous les jours, dans tous les journaux télévisés, dans toutes les émissions politiques, dans tous les débats télévisés, on n’entend parler que de COVID 19. On ressasse les mêmes informations, on lance en permanence des polémiques, …., bref, on affole la population tout en mettant en permanence en cause le « politique », source selon eux de tous les maux. On instaure une peur parfois bien irraisonnée mais que tout un chacun ingère sans difficulté, à force d’entendre encore et toujours la même chose, à quelques variantes près.
.
Mon expérience personnelle m’a bien fait découvrir cette façon de pratiquer ! C’est même une méthode pédagogique. Si vous voulez faire passer un message à un auditoire en abordant un sujet qui ne l’intéresse pas, il vous suffit de repasser le même message, encore et encore, inlassablement, avec des approches différentes. Je vous garantie qu’avec le temps, une bonne partie du message que vous vouliez faire passer et qui n’intéressait personne, au bout du compte, au bout du temps, inconsciemment, est « enregistré » par tous en grande partie, même par les plus récalcitrants !
.
Alors oui, je crois que ce serait une erreur que de penser que: « La politique de la peur consiste, pour un gouvernement, à provoquer la peur au sein de sa population pour faciliter l’adoption de lois sécuritaires ». Pour peu que ce soit en partie le cas, ce qu’il faudrait encore démontrer, « la politique de la peur » n’est pas que le fait d’un gouvernement. Un « politique » n’a pas cette capacité-là. Sans les médias, cette « politique » ne serait pas. A nouveau, encore faut-il démontrer son existence réelle.

En effet la dite  »peur » indirectement, je n’en ai pas la certitude, peut faire installer un état  »policier », caméra, etc.
Notre liberté est sous jacente.
De plus l’histoire, est truffée de mensonges, le pouvoir, l’argent, les complots, sont malheureusement, tjrs
usés et pratiqués, la politique, les banques ont tous les pouvoirs…

C’est tristement vrai ; et surtout on endort ainsi les consciences ; car on ne se rend comte de cette emprise que lorsqu’on se détache un peu du monde des informations omniprésentes et insidieuses ; qui mettent en avant ce qui est tragique ; et malheureusement si peu le bien que font au quotidien beaucoup de petites gens…vive les veilleurs de conscience ; et soyons nous mêmes le changement en révolutionnant de manière pacifiste nos modes de vie…nous n’en serons que plus heureux !

Et si on revenait à Marx tout simplement et que les partis communistes au lieu de raconter n’importe quoi, se mettait à ré-étudier Marx car c’est bien lui qui a toujours la solution. C’est à dire nationaliser les grands groupes capitalistes du CAC 40 et les banques puis fermer la bourse. Ce qui nous permettrait de régler le problème du capitalisme qui est à la base de tous les problème ou presque de notre planète. Il faut avoir le courage de le dire si on veut justement sauver l’humanité. Car pour le moment nous les êtres humains nous allons vers une guerre nucléaire, ce n’est pas moi qui le dit c’est le capitalisme. Il y a eu 2 guerres mondiales déjà et suite au crises capitalistes et la troisième est en train de se développer c’est ça la réalité aujourd’hui. On voit très bien comment ça va arriver car les USA aujourd’hui sont des provocateurs envers l’Afrique et plus précisément avec l’Iran et l’Europe avec Macron et Merkel en fait autant avec les russes. Tous ces gens là sont des responsables politiques, ils cherchent quoi d’après vous??.. Je vous signal que la capitalisme est en crise et qu’il cherche des débouchés donc réfléchissez??. Deux partis politiques en France ont la solution Le Pardem et le PRCF..

Parfaitement, en 2034 il est à prévoir le réveil de l’uranium. Donc grande possibilité d’une guerre nucléaire. Nous avons donc 14 ans devant nous pour apprendre ce que c’est la grande sagesse.

La theorie de la peur a fonctionne ,fonctionne et fonctionnera…….et de temps à autre un « trubillon » vient mettre à bas cette theorie. Que faites – vous des resistants de la derniere guerre,les resistants à pinochet…les resistants indigenes de la forêt vierge…les GANDHI,les MANDELA….???? je pense qu’ils avaient tous surmontes cette peur de la mort et ils l’ont retournes contre leurs bourreaux.

Voilà une réponse très longuement réfléchie, semble-t-il ! Comme très souvent, à bout d’arguments, on passe au tutoiement et à l’arrogance. Finalement, rien de bien nouveau.

Contrairement a la methode classique selon laquelle »diviser pour mieux régner », la polique de la peur repond parfaitement avc le monde actuel sauf que cette dernière, la population paye le prix fort

Depuis quelques années, il n’y a pas que les dirigeants qui utilisent la peur : les « marchands de peur » sont souvent des officines ou des individus qui présentent des situations de manière exagérée ou déformée, pour faire sciemment peur aux gens, au-delà ou à rebours des connaissances scientifiques, comme Générations Futures ou Greenpeace, relayés par des journalistes qui en font leurs choux gras (M-Monique Robin, J-Paul Jaud, Fabrice Nicolino,…). La technique utilisée est toujours celle dénoncée par Nietzsche : la vérité truffée de mensonges, plus efficace que le mensonge…

Diaboliquement simple et très intéressant. Cette théorie peut en effet concerner tout groupe ou personne que l’Etat ou plus communément l’opinion publique souhaite discriminer, exclure, exterminer….

[…] La meilleure façon de manipuler les gens et leur faire faire ce que vous voulez est de leur faire peur. C’est ce qu’ont toujours utilisé les politiciens La politique de la peur consiste, pour un gouvernement, à provoquer la peur au sein de sa population pour faciliter l’adoption de lois sécuritaires. En réduisant ainsi la liberté individuelle, il espère pouvoir assurer son maintien. Les citoyens, quant à eux, en échange d’une hypothétique sécurité sont conditionnés pour renoncer progressivement à leurs libertés. Si l’on a pu considérer la « politique de la peur » comme l’une des caractéristiques des dictatures, l’emploi de cette expression dans une démocratie sous-entend que les hommes politiques instrumentalisent des craintes avérées ou non de la population pour atteindre leurs objectifs. Il s’agit-là d’une forme de manipulation de l’opinion, de manière indirecte ou subliminale, qui réveille les pulsions les plus abjectes de la xénophobie et du racisme. Les discours alarmistes et anxiogènes ainsi que la désignation d’ennemis intérieurs servent alors à légitimer des mesures disproportionnées qui portent atteinte aux droits fondamentaux, dans le but de mieux contrôler la population. La classe politique, impuissante devant l’oligarchie financière qui dirige l’économie mondiale, a besoin pour rester au pouvoir d’agiter le chiffon rouge de la peur pour détourner l’attention du peuple. Concentrée sur des « guerres perpétuelles », méfiante et divisée, l’opinion publique mondiale n’est plus tentée par la remise en cause du système politiquo-économique en place.  […]

De tout la peur a été l un des outils de manipulation, un peuple sans espoir, une société sans valeur, va vers sa perte. La guerre, la révolution, la mort devient une libération.

Bien vrai. C’est ce qu’on fait actuellement avec le climat. Trudeau, 2.5 milliards de plus. L’ONU planifie mettre la main sur 100 milliards par an. Pourquoi? Pour un canular sur le réchauffement et les énergies renouvelables (avec en prime un bourse du « carbone »). La peur via l’alarmisme climatique fait dire oui sans avoir le temps de réfléchir. C’est grave et ça presse dit-on. Avec un peu de réflexion, qui serait près à contribuer à cet égarement que les générations suivantes vont ridiculiser. Pas moi en tout cas.

C’est bien dit et , hélas , les terroristes de Daesh pratiquent ce jeux là avec une morbide délectation .Alors , sont ils manipulés par le pouvoir en place afin que ce dernier ait les mains libres pour renforcer les moyens policiers comme ont la constaté tout récemment en France et en Belgique afin de justifier leur sale guerre en Syrie avec la complicité des Etats Unis et à présent de la Russie ..il n’y a qu’un pas ;

lorsque le pouvoir échappe à ceux qui l’exercent, une autre stratégie connexe consiste à orienter les masses vers la révolution selon un parcours tout tracé selon le même principe qui fait que sous la pression l’eau préfèrera emprunter le sillon déjà creusé à la montagne pleine d’aspérités. Ainsi le peuple pensant se libérer ne fait que perdre son énergie. Une telle politique considère le peuple comme un enfant capricieux. En refusant de prendre en compte ses besoins et revendications légitimes elle fait preuve d’immaturité et d’incompétence.

Plutot une politique qui terrorise le peuple pour le canaliser dans une direction, le problème c’est que des groupes vont s’inscrire dans cette politique de terrorisme pour en tirer profit, et là on rentre dans un cercle de violence qui ne finit que par une guerre solution pour sortir d’une crise politique,économique

Enlever un pansement d’un seul coup, fait moins mal que de l’extraire petit à petit. Donc n’ai pas peur de la vérité qui Souvent on fait mal et réveils des blessures anciennes.

N'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.